"Morze Cieni"un thriller environnemental pour alerter sur l’extinction des vaquitas – Le HuffPost

"Morze Cieni"un thriller environnemental pour alerter sur l'extinction des vaquitas - Le HuffPost
Przechwytuje d’écran National Geographic À la rencontre du documentaire animalier et du thriller d’spionnage, „Morze cieni” cherche à alerter sur la position d’urgence extrême dans laquelle se trouve la biodiversité en mer de Cortez.

Przechwytuje d’écran National Geographic

DOCUMENTAIRE – Un cadre de rêve pour une perspective cauchemardesque. Diffusé ce dimanche 24 novembre sur National Geographic, film dokumentalny „Morze cieni”, wyprodukowany przez stowarzyszenie Leonardo DiCaprio, ne ressemble à aucun autre. I c’est surement ce qui l’a fait triumpher dans tous les festivals o il a été presento, jusqu’à peut-être briguer l’Oscar au mois de février prochain.

Et pour Cause: ce „thriller środowiskowy” w wyjątkowy sposób opisuje enjeu tristement révélateur de l’urgence que vit la bioróżnorodność mondiale. Tourné en mer de Cortez, rodzaj ogromnej laguny znajdującej się na półwyspie Dolnej Kalifornii i Meksyku kontynentalnego, na dwóch trasach trasy na południe od Los Angeles, film, który oświetlił wyginięcie na całym świecie vaquitasune rzadkie gatunki marsouin qui est aussi le plus petit cetacé au monde.

Le marsouin du golfe de Californie, ou vaquita marina en espagnol, est le plus petit cetacé du monde.  Il n'en reste plus qu'une dizaine de specimens en vie à l'heure actuelle, la fault à un traffic international.
National Geographic Le marsouin du golfe de Californie, ou vaquita marina en espagnol, est le plus petit cetacé du monde. Il n’en reste plus qu’une dizaine de specimens en vie à l’heure actuelle, la fault à un traffic international.

National Geographic

Un animal si méconnu que les pêcheurs locaux en parlent aujourd’hui encore comme d’un mythe, d’une bête qui n’existerait pas. Jest to jednak bel et bien le jewelau le plus précieux du Golfe de Californie, wyjątkowe miejsce, które komandor Cousteau kwalifikuje jako „d’aquarium du monde” ze względu na swoje bogactwo.

Victim de la convoitise de mafieux chinoix

Un endroit paradisiaque qui souffre aujourd’hui d’un trafic méconnu et pourtant dévastateur, au point que ce n’est pas pour rien si les Initiales de „Morze Cieni” z le signal d’alerte SOS. Depuis des années, des trafiquants mexicains ont efféciente développement une entreprise florissante dans la région. Ils poussent les pêcheurs locales à poser des filets pour traper des totoabas, autre endemic du Gulfe de Californie, en vue de faire du profit.

Rzeczywiście, vessie natatoire -un sac de gas present chez de nombreux poissons et qui leur permet de se mouvoir à la profondeur qu’ils souhaient-des totoabas jest niezwykle cenione w tradycyjnej medycynie chińskiej. Ainsi, une scène du film montre 22 de ces organes séchés, e-mailloté comme des ballots de drugo. Le commentaire explique: vendus par les trafiquants mexicains pour moins de 5000 dolarów à des mafieux chinois, ils seront revendus pour 35 fois plus en Chine.

Un business juteux qui incite les pêcheurs locales -quand il n’y sont pass ograniczenia par la mafia locale, et particulier son parrain, un pewne Oscar Parra-à poser toujours plus de filets, dans lesques finissent par se prendre les vaquitas. Aujourd’hui, il ne resterait plus qu’une quinzaine de ces animaux, et le totoaba, pourtant très fecond, se retrouve lui aussi en danger d’extinction.

Casting de rêve pour récit haletant

Voilà pour le decor: un mammifère marin aussi furtif que somptueux à czytelnik, un gros poisson peu avenant et ofiara d’une croyance infondée, baron de la „cocaïne de la mer” qui mène un traffic international avec la China, gwiazda dziennikarza – Carlos Loret De Mola, sorte d’Élise Lucet mexicain qui enquête sur le sujet-, les bojownicy pro-biodiversité de Sea Shepherd qui luttent sans relache sur le terenu, et des ancieens enqueteurs de la CIA et sur du FBI qui traquent les criminels plusy kontynentów.

Ce ne sont pas des ballots de drogue, mais des vessies natatoire de totoaba, la
National Geographic Ce ne sont pas des ballots de drogue, mais des vessies natatoire de totoaba, la „cocaïne de mer” qui est vendue par des trafiquants mexicains à la mafia chinoise.

National Geographic

Une histoire ahurissante et pourtant amazingment actuelle, ilustrator à la doskonałość, à partir d’un cas particulier méconnu, la crise environnementale actuelle. D’autant que le message est convoyé de manière particulier efficace.

Jako członek bojówek obrony oceanów Sea Shepherd, realizator Richard Ladkani asystuje w scenkach podczas akcji filmowych. Des pościgów en bateau entre pêcheurs illegaux et marine mexicaine, un szpiegowskie drone zastrzelone en direct par des mafieux mexicains, des rencontres sfilmowane en caméra cachée entre enqueteurs de l’Earth League International et trafis chinois, des échemutes mis a peu de protection de l’environnement, une próba d’attraper et d’élever en captivité l’une des dernières vaquitas encore en vie sur la planete…

Przez cały film reżyser odpowiada przede wszystkim bojownikom Sea Shepherd, organizacji pozarządowej, która chroni oceany.  Chaque nuit, grâce à des drones, l'organisation traque les pêcheurs illegaux de totoaba et tente de couper leurs filets avant qu'une vaquita ne s'y prenne.
National Geographic Przez cały film reżyser odpowiada przede wszystkim bojownikom Sea Shepherd, organizacji pozarządowej, która chroni oceany. Chaque nuit, grâce à des drones, l’organisation traque les pêcheurs illegaux de totoaba et tente de couper leurs filets avant qu’une vaquita ne s’y prenne.

National Geographic

Ce récit se réveille haletant, touchant, et strasznie prenant. Car après avoir vu le documentaire, vous ne pougeres plus l’ignore: à quelques heures de Los Angeles, dans une région prisée des tourist, un animal est en train de s’éteindre sous nos yeux. Malgré tout l’argent et tout l’énergie d’ONG, de dziennikarze, d’enqueteurs, de biologistes. Sytuacja qui fait dire au film dans une konkluzji pessimiste que pour les océans, partie pourrait très vite être perdue si le świat ne reagit pas kolektywu.

„Morze Cieni”, ce dimanche 24 listopada do 20:40 w National Geographic.

Zobacz też le HuffPost: Ces gardes-côtes Americains ont tout risqué pour arrêter des trafiquants de drogues

Leave a Comment

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany.