Marsouin du Pacifique : les ecologists réclament des sankcje contre le Mexique – Sciences et Avenir

Un Marsouin du Pacifique tué par des pêcheurs à Santa Clara

Les Organizations écologiques réclament des sankcji handlowych contre le Mexique en raison de son incapacité à korek la peche nielegalnych de la vaquita, ou marsouin du Pacifique, qui pourrait disparaître d’ici quelques mois.

Czy Meksyk podlega sankcjom CITES?

Il ne resterait pozorne qu’une dizaine de reprezentantes de cette espèce dans son habitat du Gulfe de Californie, na północnym ouest des Côtes Mexicaines, selon les défenseurs de l’environnement. Selon eux, seules des „drastyczne środki” potrouint sauver le marsouin le plus petit du monde. Ils demandent aux États réunis à Genève pour la Convention sur le commerce international des species de faune et de flora sauvages menacés d’extinction (CITES) d’applicer des sankcje à l’contre du Mexique afin de le contraindre à prendre les mesures qui s’imposent pour sauver les vaquitas.”Je pense que les Parties au traktat doivent sanctionner Mexico et interdire le commerce des species regulées par la CITES en Provence du México jusqu’à ce qu’ils aient repris le contrôle de la position„, declaré à l’AFP Zak Smith, dyrektor Ochrony dzikich gatunków w amerykańskiej organizacji pozarządowej Rady Obrony Zasobów Naturalnych (NRDC). CITES, który reguluje światowy handel ponad 35 000 gatunków roślin i zwierząt sankcje contre des pays qui brutal les regles ou ferment les yeux sur le commerce nielegalnych gatunków de ces.

Les marsouins du Pacifique, ofiary karteli

Nazywany „le panda de mer” en pour des cercles noirs autour de ses yeux, vaquita została zdziesiątkowana przez les filetów maillants utilisés dans le Golfe de Californie pour pêcher une autre autre espèce équale menacé, le totoaba. La vessie natatoire tego wielkiego trucizny jest uważane za luksusowe w Chinach i za pieniądze za 20,000 dolarów za czarną marsz. Des cartels de la drogue mexicains ont mis la main sur le trafic de cette „kokaina de la mer” et contrôlent la contrabande avec des équipes de pêcheurs armés.

Les délégués de quelque 180 pays réunions à Genève jusqu’au 28 sierpnia 2019 r. doivent se pencher sur l’avenir de la vaquita, mais il semble improbable qu’ils sanctionnent le Mexique. Les défenseurs de l’environnement espérent qu’au moins, ils lui adresseront un avertissement en le menaçant de s’ne montre pas de progrès dans la sauvageture des vaquitas. „Jeśli strony CITES nie podejmą drastycznych kroków, aby zmusić Meksyk do zrobienia więcej (…) to spotkanie może wbić ostatni gwóźdź do trumny vaquitas.„, szacuje DJ Schubert, un biologiste de l’ONG canadienne Animal Wildlife Institute. Les autorités mexicaines affiment faire tout ce qu’elles peuvent pour sauver ce petit marsouin. „Je ne crois pas qu’une rozwiązanie proste comme sanctionner le Mexique va aider les vaquitas„, powiedział na marginesie spotkania CITES Hesiquio Benitez Diaz, dyrektor generalny Coopération internationale du México. W 2015 roku rząd meksykański zakazał połowów w strefie 1300 km2 au large de la ville de San Felipe, mais n’a pas été zdolny de maîtrister la pêche legale endemicém. „Sytuacja stworzona przez przestępczość zorganizowaną w regionie (…) przekracza możliwości wielu rządów”„, podkreślony przez M. Diaz, ajoutant que”ces gens sont mieux armés que nos siły de l’ordre„. Les ONG répondent que si le Mexique voulait vraiment agir, il pourrait facilement patrouiller la zone où vivent les vaquitas. C’est „plus petit que la ville de Los Angeles„, powiedział pan Smith.

Le Mexique prone une approche ”plus kreatywność„. Poprosił CITES o stworzenie farm hodowlanych totoaba w celu zaspokojenia popytu na vessies natatoires i obniżenia cen, aby zniechęcić kontrabandę. Les défenseurs de l’environnement think au contraire que l’ouverture d’un marché légal permetriait aux kontrahenci de „sparzyć” leur pêche. Et ils soudreint que cela ne résoudrait pas le probleme à short terme car les acheteurs recherchen des vessies de grande taille, ce qui prendrait au moins 5 ans dans les fermes d’élevage.”D’ici là, il sera trop tard pour sauver les vaquitas„, declaré à l’AFP Alejandro Olivera, qui travaille pour le Centre de la diversité biologique au México. Marsouin Pacyfiku może stać się pierwszym ultra chronionym gatunkiem, który zniknie od czasu przyjęcia CITES od 40 lat. „Ce serait une tragédie”, estée M. Smith.

.

Leave a Comment

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany.