« Paroles de lecteurs » – La « Douce France » du dernier des pangolins » – Le Monde

« Paroles de lecteurs » - La « Douce France » du dernier des pangolins » - Le Monde

HUanan, Chiny: marché où animaux domestiques côtoient animaux abattos. Dans cette menagerie, j’attends un cud. Une sylwetka exauce mon vœu, m’exfiltre dans une Delsey-terrarium z bufetem owadów à volonté. Douze heures de soute, tapis roulant et coffre plus tard, j’arrive à Contignies-lès-Mormeilles, vingt-deux mille âmes, fendue par l’A15, la D392 et la D14. Ville périphérique. Ville rond-punkty. Nous sommes au printemps 2017.

Corps brunâtre, quarante centimètres, neuf kilos, récouper d’écailles. Dwunożny. Psy gryf. Język collante. Si danger, je rabats ma tête entre mes pattes antérieures et m’enroule sur moi-même. Dans le jardin de la meulière familiale, j’évolue sous quatre arbres endémiques dont un, au tronc creux, me sert de schronienie. Aucun prédateur, hormis le setter roux de la voisine qui tente déspérément de passer sous la clôture pour me faire la keratine.

Kraj i wybrać nowego mieszkańca Rzeczypospolitej. Sur une chanson de Bashung, mon maître conchie barnum electoral, declarations des extremes de droite, des sociaux-democrates flasques et marche en avant d’un ex-ministre des finance. Sur Beurk FM, kandydat haineuse de chômeurs devant une statue de Jeanne d’Arc. Les autres prétendants baroudent d’honneur, brûlent ultimes kartusze et mensonges. Werdykt: la fasciste sera face au marcheur. Mon maître, la mort dans l’âme, avertit son épouse : „Je głosuj na Zacrona 1era. Pas question que la peste brune infecte le pays. Mais c’est la dernière fois. »

Un jeune łuskowiec rescapé d'un trafic d'animals, pl kwiecień 2020 w Ugandzie.

Druga trasa: la messe est dite, la „fille de” est recalée. Dans mon panier en osier, je 're’re’re le plus jeune resident de la Ve République fendre la cour du Louvre’. Il a tout fait peter. Gauche, droite, centrum. Mais onze millions d’électeurs ont voté Affront national. Komentarz s’y prendre pour les ramener à la raison ? Je pense à cette zdanie d’Umberto Eco: « Le fascisme primitif et éternel est sensitive de revenir sous les apparences les more niewinnes. Notre devoir est de les démasker, de montrer du digt chacune de ses nouvelles formes, chaque jour dans chaque partie du monde. »

Sześć miesięcy później la fille aînée entame des études de journalisme. La maison perd un peu de son âme. Crise des Gilets fluos: l’apprentie-reporter respire air des manifs et parfum des grenades de désencerclement, goûte aux morsures des tonfas. « Gens kruche insolvables serrés com sardines ds HLM horizontaux. Le Pouvoir les méprise les réprime », SMS-t-elle à sa petite sœur.

W tym samym czasie ludność miasta Wuhan dotknęła dziwna epidemia. Les premiers cas se clarent au marché de Huanan. Wirus jest piorunujący. Chińskie Centrum Kontroli i Zapobiegania Chorobom wskazuje winowajcę: łuskowiec. J’apprends l’execution de tous mes congenères asiatiques mais aussi africains, qui sont les representants metaforiques de l’homme car, seuls animaux sensitives à la honte, nous baissons la tete telle une personne au odnośnie fuyant. Je sombre dans la dépression, enroulé dans la souche du frene. La famille, inquiète, ne prévient pas le vetérinaire qui me denoncerait à la police.

Printemps 2020 : le pays se confine, se claquemure. J’observe nuages ​​de pollen sale et nuées de corbeaux envahir la ville. Je ne rêve plus. Je suis le dernier des pangolins.

Liry aussi : Artykuł zarezerwowany dla naszych subskrybentów Koronawirus: na stoku „połączenia łuskowców”

Listopad 2021 : perfuzja sosu, j’avoisine les 4 kg. Les gens enchainent dawkach szczepionki i dawek toksyny, le system hospitalier est agonique, les staffs demissionnent, le sinistre de la santé ne jure que par des cabinets de consulting, le resident veut tout régler samego siebie, les gens sont épuisés alors qu’un nouveau cycle éléctoral se préparé. La chef de l’Affront national s’est ripolinée. La championne d’une Droite en vrac se cherche un charisme. La Gauche jest zatomizowany. Un homme menu déboule alors, tel un setter enragé, dans l’arène politique. Monstre d’un entre-deux mondes, uczeń czarnoksiężnika pour qui le pays est un marché aux bestiaux. Je tremble d’effroi. Sa langue venimeuse n’aide pas à penser, attise les peurs, rafle la mise par l’imposture et le sarcasme. Cela suffit à nourrir la Bête qui sommeille chez sures, suintante de haine, de pus et d’ignorance.

Avril 2022: je me ressaisis, je me désenroule. Dimanche lumineux. La fête l’aînée qui brandit sa carte de presse. Je redeviens bipède, pret à affronter le danger, à hérisser mes écailles. J’incante : « Dans la tribu des Lele, au Gabon, j’incarne un animal-esprit puissant, au corps et à la queue de poisson, associé à l’eau, principe de fertilité. J’habite aussi les arbres, comme les oiseaux. Chère famille, il nous faut rerelever la tête, ne plus avoir le relative fuyant, dépasser nos peurs, marker par nos mots, notre langue, nos flaki, un territoire d’humanité. »

Tous me fixent des yeux. En cinq ans, ils n’ont jamais entendu le son de ma voix. Je me dirige alors vers l’étagère aux vinyles et, sur la platine du Radiola, je pose Douce Francja. La voix de Rachid Taha Fend salon, jardin, rues, ronds-points, A15, D392 et D14. Ratownik pyłkowy.

Marc Le Roy, Phnom Penh

Le Monde

Leave a Comment

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany.