W Gabonie, les ventes de pangolin flanchent avec le coronavirus – GEO

W Gabonie, les ventes de pangolin flanchent avec le coronavirus - GEO

D’un geste, les vendeuses de viande de brousse des marchés de Libreville cachent les petits pangolins entre gigots de boar et les carcasses de pocs epics: la vente du mammifere récuré d’écailles est formalment.

„On mange du pangolin depuis des années, n’amenez pas la maladie ici”, peste Melanie, vendeuse de légumes dans un marché de la capitale Gabonaise où elle s’improvise porte-parole, les marchandes de viande préférant garder le silence.

Zwierzę, uważane przez organizacje pozarządowe zajmujące się ochroną środowiska za największą ofiarę kłusownictwa na świecie, jest faktycznie podejrzewane przez zespół chińskich naukowców o przeniesienie choroby Covid-19 na ludzi, sur un autre marché de gibier, à quelque 11.000 kilometrów od Libreville, à Wuhan, en Chine.

Resultantu inattendu de la pandemic qui ébranle le monde entier: sur les marchés Gabonais, les venderuses ont perdu leurs meilleurs klientów.

Plusieurs d’entre elles affirment que des acheteurs chinois venaient à l’ouverture du marché pour rafler toute leur ofre, mais qu’ils ont nowreis disparu.

La pangolin, un animal aux écailles d’or

AFP

Là où les Gabonais słynie z ochrony zwierząt, uważanych za comme un met fin, les asiatiques asiatiques s’interessent également aux écailles qui recurvent le pangolin.

Utilisées dans la médecine chinoise, elles s’arrachent à prix d’or, „1,000 dolarów za kilogram, plus ou moins comme l’ivoire”, aupres des reveneurs illégaux en chine, szczegółowo Luc Mathot, dyrektor ds. Conservation Justice un prix qu’il juge „ośmieszenie” puisque les écailles „sont faites de keratine, donc de l’ongle”.

Une aubaine pour les chasseurs d’Afrique centrale, qui zważając na le pangolin comme „wisienką na torcie”, kiedy rozstają się z celem un autre gibier, wyjaśnia Pauline Grentzinger, veterinaire du Parc National de Lékédi.

„Ils ne sont pas très farouches”, explicate-t-elle: „quand ils vous voient, ils se roulent en boule, il faut se baisser pour les ramasser…”

Jednak według niej łuskowiec należy chronić: mammifere récuré d’écailles!

Ruch nieformalny

AFP

Jeśli Nigeria i Republika Demokratycznej Republiki Konga stały się punktami zwrotnymi w ruchu łusek łuskowców, to w Gabonie, bardziej nieformalnie, Chińczycy przybyli do pracy przy wydobyciu lasów zainteresowani łuskami, według Martina Hegi, kadry naukowej et spécialiste du pangolin au Cirad (Centre de Cooperation internationale en recherche agronomique pour le développement).

Le prix du pangolin gabonais, jusque-là consommé localement, a bondi ces dernières années, selon des chercheurs qui ont une une étude sur le sujet en 2018 dans laquelle ils accus le traffic international d’avoir dopé la demande.

W Gabonie trzy z czterech gatunków łuskowców afrykańskich żyją w lasach, które pokrywają 88% kraju. Des normes strictes de protection de la faune ont été adoptes, et le country a œuvré active pour que le giant pangolin soit en 2016 comme l’une des species les plus menacés au monde et son international commerce interdit, afirme le ministre des Eaux et Forêts , Lee White.

„Nous faisons de la nadzoru aux frontières avec des équipes de chiens renifleurs” qui détectent les écailles, mais également l’ivoire des éléphants ou les peaux de panthère, détaille-t-il.

Au niveau national, le gibier „peut être vendu entre membres d’une meme communauté” pour „un usage coutumier”, mais son commerce sur les marchés de Libreville est „illégal”, precis M. White.

Mais les équipes de gardes leśnicy manquent parfois de moyens mierzą się z aux réseaus internationales de trafficiquants. Tyle że te ostatnie są dotknięte paniką wywołaną rozprzestrzenianiem się koronawirusa.

„La Chine a fermé son marché aux viandes egzotyczne, depuis le temps que c’était demandé…”, podkreśla pani Grentzinger.

Pour l’instant, sur les marchés de Libreville, alors quun seul case de coronavirus a été détecté dans le country, les viande de brousse ne sont pas couragés.

„O nous avait parlé du singe, qui donnerait Ebola, et pourtant on continué à en manger et on n’a jamais eu ça”, skomentował Mélanie.

„Ca n’a pas d’impact sur la santé, au contraire, le plus ważne c’est de le manger frais”, esttime Tatiana, une cliente.

Leave a Comment

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany.